Les 4 clés des gens qui apprennent vite

Développement personnel, Politiquement correctPas de commentaire

Vous êtes ici :, Politiquement correctLes 4 clés des gens qui apprennent vite

Temps de lecture : 4 minutes

Vous êtes vous demandé parfois pourquoi certaines personnes pratiquent une discipline depuis des années mais ont un niveau médiocre alors que d’autres atteignent un niveau excellent au bout d’un laps de temps beaucoup plus court ?

Souvent on pense qu’il s’agit d’une question de talent, d’aptitude. Alors qu’en vérité, il est à la portée de tout le monde de faire partie de ces gens « qui apprennent vite ».

Leur secret se trouve dans les 4 clés de l’apprentissage que je vous dévoile ici !

La quantité

Il s’agit tout simplement du temps passé à apprendre la compétence. Il est évident que plus vous passez du temps à apprendre une compétence, plus vous allez progresser. Cependant la quantité ne fait pas tout.

C’est l’histoire d’une mouche qui s’est perdue dans une maison. Cette mouche fonce dans une vitre et continue de voler ainsi pendant des heures, face appuyée sur cette vitre. Le pire dans tout ça, c’est que 3 mètres derrière elle, une autre fenêtre est ouverte. Mais la mouche insiste sur le carreau qu’elle a choisi et continue ainsi jusqu’à mourir d’épuisement.

Ce que nous dit cette histoire c’est que c’est bien d’être courageux et d’insister mais au bout d’un moment quand les résultats tardent à venir, il faut s’interroger sur la pertinence de la méthode.

La qualité 

Nous en venons donc sur l’axe suivant : la qualité. Celle-ci est primordiale et permet d’optimiser le temps passé sur la compétence.

Voici un exemple : si vous débutez au tennis et que vous prévoyez de vous entraîner 2h par semaine, vous allez progresser beaucoup plus vite si vous vous inscrivez dans un club avec un bon professeur que si vous passez 2h par semaine à jouer contre un mur. Et pourtant vous aurez passé le même temps à vous entraîner. Mais la qualité de l’enseignement dispensé par le professeur va permettre d’optimiser le temps d’entraînement du joueur.

La constance

La constance est un axe souvent sous-estimé alors qu’il est primordial. La constance est le fait de pratiquer souvent, quitte à pratiquer peu à chaque fois. Une pratique constante permet de rafraîchir le cerveau et la mémoire musculaire dans le cas du sport ou de la musique.

Cette dernière permet également d’optimiser le temps passé sur la discipline. Par exemple, une personne pratiquant 20 minutes de piano tous les jours va progresser beaucoup plus vite qu’une personne pratiquant 4h d’affilées uniquement les dimanches.

La spécialisation

Je connais beaucoup de personnes qui ont renoncé à l’apprentissage du piano car leur professeur imposait 2 ans de solfège avant d’avoir enfin le droit de poser les mains sur le piano. De plus, lorsque l’apprentissage du piano commençait, les morceaux de classique proposés par le professeur ne plaisaient pas à l’élève. Par conséquent l’élève d’abord pourtant très motivé, finit par se décourager et abandonner le piano.

Ici nous avons clairement un problème de spécialisation. L’élève ne souhaitait pas devenir bon en solfège et encore moins en musique classique. Il souhaitait apprendre le piano pour jouer des morceaux de pop comme les Beatles, Elton John ou encore Coldplay. Un bon professeur à l’écoute aurait demandé ce que souhaite l’élève et aurait été droit au but : il lui aurait montré comment placer les doigts pour jouer ces morceaux. Peu importe si au bout l’élève ne connaît pas le solfège ou la musique classique. Ce n’est pas son but, ce n’est pas ce qui le motive à pratiquer le piano.

Idem pour la course à pied : si vous préparez un 10 km pour y faire le meilleur chrono possible, vous ne devez pas faire des footings de 2h comme le ferait un marathonien. Vous perdriez votre énergie au détriment des entraînements spécifiques aux 10 km comme le fractionné, les sprints en côte et l’allure spécifique visée le jour de votre 10 km.

Dernier exemple : les langues. On dit que les français sont nuls en anglais, mais c’est faux. On lit et comprend très bien l’anglais. Mais on le parle mal car le système scolaire français ne nous a pas spécialisé dans la conversation.

En conclusion

On a souvent tendance à se focaliser sur le temps passé pour progresser dans une discipline. C’est une erreur commune de l’apprenant, or si on parvient à exploiter les 3 autres axes, cela permet d’optimiser drastiquement le temps passé sur la discipline.

Les personnes qui apprennent « vite » sont souvent des personnes qui ont su combiner ces 4 clés, plus ou moins consciemment.

À propos de l'auteur

Passionné par les relations sociales et la psychologie humaine que ce soit au bureau, dans le monde du travail et même ailleurs, j'ai créé ce blog pour vous faire partager mon univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut