3 habitudes pour vivre plus zen en open space

Développement personnel, Politiquement correctPas de commentaire

Vous êtes ici :, Politiquement correct3 habitudes pour vivre plus zen en open space

Temps de lecture : 5 minutes

Il faut le dire : la vie au bureau et surtout en open space c’est stressant voire anxiogène. D’abord l’environnement : on est épié de partout et on se sait jugé et surveillé par ses collègues. Tout y est jaugé : notre manière de travailler, notre manière d’être, nos paroles, nos relations, les sites web que nous consultons… C’est bruyant et le champ de vision est constamment stimulé par les allées et venues de chacun. Ensuite il y a cette sollicitation constante : deadline à tenir, mail, téléphone, skype et autres outils de messagerie, collègues qui vous demandent un service, incidents de production…

Bref pour couronner le tout, une bonne dose de bouchon sur le périphérique ou de métro bondé pour venir au travail et tout ça nous donne un cocktail stressant et déprimant.

Fort heureusement cher(e)s galérien(ne)s d’open space, tout n’est pas perdu. Aujourd’hui je vous propose 3 techniques infaillibles pour se libérer de ce stress.Certes vos collègues pénibles seront toujours aussi pénibles et vos deadlines ne vont pas se repousser (quoique…). Cependant je vous assure qu’en appliquant les 3 techniques qui vont suivre, votre quotidien va réellement changer.

Attention, je préfère vous prévenir de suite : cela va vous demander un réel effort. Vous allez parfois devoir sortir de votre zone de confort mais l’accès à une vie en open space plus zen est à ce prix.

Habitude 1 : Notez tout

Une bonne partie du stress provient de toutes ces tâches et sollicitations qui nous arrivent dans un flux continu. Notre cerveau enregistre à chaque fois qu’il y a de nouvelles tâches à faire, et la peur de l’oublier provoque une charge mentale qui finit par se transformer en stress. D’autant plus qu’on finit forcément par ne pas tout retenir mais on se souvient de ce satané truc à faire mais on-ne-sait-plus-quoi. On se met à se focaliser sur tous ces trucs qu’on doit faire et au final… On ne fait rien ou pas grand chose et pendant ce temps les tâches et sollicitations s’accumulent et on a cette impression désagréable d’être débordé constamment.

Donc, notez tout ce qu’il y a à faire. Ainsi vous vous déchargerez de cette charge mentale et de cette peur d’oublier quelque chose. Bien que cela semble évident, j’ai remarqué qu’un paquet de gens n’avait pas la présence d’esprit de le faire.

Habitude 2 : Apprenez à dire non

Je sais que pour beaucoup d’entre nous c’est un effort douloureux. Il est beaucoup plus facile de dire oui sur le moment car on évite ainsi un conflit immédiat et on sait que notre interlocuteur va nous laisser en paix aussitôt qu’on aura dit « oui ». Lorsqu’on dit « non », les craintes principales sont les suivantes :

a) dire « non » à son supérieur

Dans ce cas il faut s’attendre à se justifier et à être convaincant. Le supérieur va vous mettre la pression et ne voudra pas entendre ce « non ». Il vous dira sûrement que vous n’avez pas le choix. L’idéal c’est de ne pas donner de réponse tout de suite afin d’avoir le temps de réfléchir à la requête et d’affûter vos arguments. Si votre « non » est justifié (c’est à dire qu’on vous demande l’impossible), il vous sera facile de trouver des arguments pour justifier que vous ne ferez pas (dans l’immédiat) ce qu’on vous demande.

Ce « non » que vous aurez su chèrement défendre va évidemment vous apporter une sérénité énorme.

Si vous aviez accepté alors que vous étiez déjà sous l’eau vous vous seriez créé un stress énorme, vous auriez travaillé le soir et le week-end et vous auriez été inévitablement dans le mur. Votre direction vous aurait blâmé pour votre incapacité à gérer un projet et vous aurez fait un burnout.

Mais fort heureusement, ça ce n’est pas pour vous car vous êtes zen : vous avez su dire « non ».

b) dire « non » à un collègue

Il peut être difficile parfois de dire « non » à un collègue. On a peur de passer pour le collègue pas sympa et de froisser les gens. On a peur qu’à notre tour ce collègue nous refuse un service quand on aura besoin de lui. Tout est dans la manière de dire « non ». Vous pouvez très bien expliquer que vous n’êtes pas disponible dans l’immédiat mais que dans l’après midi vous viendrez le voir (pensez à le noter!).

Croyez moi, votre collègue peut très bien le comprendre et ne vous en tiendra pas rigueur. Vous pourrez ainsi terminer votre tâche et ainsi gagner en sérénité.

Habitude 3 : Bougez vous!

Nous sommes assis toute la journée.
Nous sommes assis dans la voiture pour venir au travail.
Nous sommes assis toute la journée au bureau.
Nous sommes assis le midi au restaurant ou à la cafétéria.
Nous sommes assis dans notre canapé le soir.

Et pour finir on s’allonge jusqu’au lendemain et rebelote.

Croyez vous qu’il s’agisse de la meilleur manière d’évacuer le stress? Comment croyez vous que votre corps supporte toute cette dette de mouvement? Il se tord, il se noue, il nous communique son insatisfaction d’une manière sourde et de là naît une anxiété puissante qui s’accumule jour après jour.

Votre corps, pour retrouver de la sérénité a besoin d’exulter. Alors donnez lui les moyens de le faire.

a) marchez dehors 5 minutes

Déjà imposez vous une pause toute les 30 minutes. Je parle d’une vraie pause, sans écran. Enfilez votre manteau et allez marcher 5 minutes en respirant calmement et en contemplant le ciel. Il fait froid? Temps mieux, votre corps ne s’en portera que mieux et ça va donner un coup de fouet à vos neurones. Lorsque vous reviendrez à votre place, je vous garantis que vous serez plus détendu et aussi plus efficace.

b) étirez vous

Comme je vous le disais, le fait de rester assis crée des nœuds et des tensions. Trouvez une salle tranquille et faites des étirements. Touchez vos orteils en gardant vos jambes tendus, étirez vos quadriceps, mollets, faites des grands moulinets avec les bras… 5 minutes par jour suffisent mais faites le tous les jours. Essayez, vous verrez très rapidement les bienfaits.

c) faites un footing le midi

Pourquoi un footing et pas un autre sport? Parce que c’est facile à mettre en œuvre (pas de matériel, pas besoin de partenaire) et ça vous permet de prendre l’air et de vous reconnecter avec la nature et ça, ça rend vraiment zen.

Je vous entends déjà me dire : « Je n’ai pas le temps » ou « J’aime pas ça » ou encore « Il n’y a pas de douche au boulot ». Et pourtant c’est ce qu’il y a de plus puissant contre le stress. Avec la pratique, vous serez même dans un état proche de la méditation!

Vous n’avez pas le temps : on ne parle pas de préparer un Marathon, ici une demi heure suffit amplement.

Vous n’aimez pas ça : là encore on ne vise pas la performance. Alternez marche et course dans un premier temps afin de ne pas agresser le cœur et vous verrez, vous prendrez rapidement du plaisir!

Il n’y a pas de douche au boulot : là effectivement c’est le point le plus limitant pour faire du sport mais avec de la volonté il y a toujours une solution : vous trouverez facilement une salle de fitness près de votre travail. Prenez y un abonnement et vous pourrez ainsi accéder au douches et aux vestiaires.

Je vous avais prévenu, tant que vous n’aurez pas transformé ces 3 règles en habitudes, cela vous demandera un effort certain. Mais si vous avez assez de volonté pour appliquer ces 3 règles, vous constaterez rapidement qu’en fait il ne s’agit pas d’un effort mais d’un besoin vital. De plus vous deviendrez une vraie force tranquille respectée, appréciée et enviée par vos pairs.

Alors je vous le demande : quel est pour vous le prix pour gagner en sérénité? Pensez vous qu’il est préférable de ne rien faire et continuer d’être stressé au quotidien?

Qu’avez vous à perdre?

Cet article est surtout dédié à la vie en open space car il existe encore tant d’autres choses à faire au quotidien pour être plus zen, mais j’en parlerai dans un autre article dédié.

Cet article participe à l’événement “3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien” du blog Habitudes Zen. J’apprécie beaucoup ce blog, et mon article préféré est celui-ci.

À propos de l'auteur

Passionné par les relations sociales et la psychologie humaine que ce soit au bureau, dans le monde du travail et même ailleurs, j'ai créé ce blog pour vous faire partager mon univers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut